(Ci dessus) Terrain de pétanque - 2016, espace social et sculpture participative, mortier brut et teinté, granit, ardoise, sable, cendres, goudron, gravier, terre

 

Un morceau d’ici à coté d’un bout de là. Une certaine quantité d’ailleurs, mélangée à une poignée de quelque part. Un autre sol en quelques sortes, sacs et seaux. Une somme de trajets, de discrètes pelletées et des parties récupérées en amont pour être rejouées en aval. Dans un premier temps dans l’atelier, disposé le long d’un mur et qui pouvait alors évoquer une étrange plage gris-noire au sable grossier - c’est le début du chantier. Une bordure est placée et le terrain prend forme, les premiers amis passent et commencent par marcher dessus. Les avis et questions tombent, suivies de près par les premières boules de résine, plâtre, béton. Il faut se faire la main, trouver le poids adéquat et déjà ça tonne à l’étage. Une vitre éclate mais c’est le jeu. Ils repassent quotidiennement, jouent, tirent et par la même occasion concassent progressivement les gros morceaux. Ils deviennent acteurs, joueurs et ouvriers. Une façon de convoquer des énergies autour d’un lieu et provoquer ainsi la construction collective d’un espace social et hétérotopique. Un terrain de jeu, de pétanque plus précisément, improvisé à l’intérieur du bâtiment. Le terrain fut ensuite agrandi aux dimensions d’une salle et rejoué lors du DNSEP.